Camping Paradise - épopée d'une victime de viol

Camping Paradise : les origines

 

 

Qu’est-ce que Camping Paradise ? Un blog thématique sur le viol et le trauma psychologique et physique qui en résultent, nourri par une expérience personnelle ainsi que d’articles et essais scientifiques.

Pourquoi ? Pour aider proches, victimes et d’une manière générale toute personne faisant la démarche de comprendre ce que vivent les personnes concernées.

Qui l’écrit ? Une victime depuis 2014, dont le témoignage suit.

 

Camping Paradise : un témoignage à l'origine du blog

 

Il y a plus de cinq ans, ma vie a basculé. Du jour au lendemain ? Non. Si l’événement qui a indéniablement provoqué des difficultés est arrivé un jour soudainement, les effets s’en ressentent chaque jour différemment. Au début, les changements se sont produits dans un seul sens : une progression vers le moins bien. Mais la chute n’est pas éternelle. Ce qui a basculé se décline en une multitude de choses très importantes et moins importantes. Mais je dirais que ce qui a le plus irrémédiablement basculé, c’est le regard que je pose sur le monde, et mon existence personnelle.

 

Dans le cadre d’un CDD saisonnier, d’étudiante, je devais passer un peu plus d’un mois à travailler dans un camping, dans une région qui n’était ni celle où je vivais ni celle d’où je provenais. Une vraie découverte.

Or, à peine étais-je arrivée (cela se compte en heures plutôt qu’en jours), que j’ai dû partager le lieu dans lequel je devrais vivre et dormir, avec un collègue de travail, que je ne connaissais nullement. Je n’ai guère eu le choix, cela ayant été suggéré par mon employeur, dans un lieu que je découvrais encore. J’avais vingt ans.

Bien que peu satisfaite de la situation, j’ai dû accepter. Non disposions techniquement de chambres séparées bien qu’ayant une pièce commune. L’homme qui occupait les lieux m’était inconnu, je l’avais juste croisé lors d’un repas. Nous avions échangé nos prénoms et, puisque nous devions travailler dans une équipe commune, j’avais fait la conversation : d’où venait-il, que faisait-il… ? Il était peu bavard et je n’avais pas insisté mais m’étais montrée cordiale, ce qui est logique en termes de relations professionnelles.

Au cours de la nuit, alors que je dormais, cet homme est venu m’imposer sa présence, et m’a violée. Je n’ai aucune idée de l’heure qu’il était alors ni du temps que cela a duré. Je sais seulement qu’a suivi une longue période d’immobilité, je n’osais m’échapper. Lorsque j’ai enfin estimé que je pouvais partir sans danger – je pensais qu’il dormait – je me suis échappée et j’ai pris quelques affaires afin d’aller prendre une douche, au cas où il m’interrogerait.

Les douches étaient les douches de camping, un bâtiment commun à tous. Une fois sortie il m’est apparu que j’avais envie de prendre une douche. Je précise qu’à ce moment là, et ceci bien que je me sente déjà mal et souillée, j’étais incapable de mettre un mot sur ce que je venais de vivre : un viol. J’étais dans l’hébétement et l’incompréhension les plus totales, dépourvue de repères. J’ai repris au mieux le cours de ma vie, et au fur et à mesure que je faisais semblant que rien ne s’était produit, cet événement s’est effacé de ma mémoire.

Ce n’est qu’une quinzaine de jours plus tard que les choses me sont revenues, sous forme de cauchemars : j’avais peur d’aller me coucher et je me réveillais en état de peur. Alors que je racontais à une amie ce dont je commençais à me souvenir, elle m’a aidée à réaliser ce à travers quoi j’étais passée. Et m’a fait promettre d’aller déposer plainte. L’agresseur avait disparu, ayant terminé son contrat.

Le lendemain j’ai discuté avec mon supérieur hiérarchique et demandé à aller déposer plainte. Cela fut fait le jour suivant. Quelques jours plus tard, je subissais un examen médical. Encore quelques jours, et la machine s’est enrayée : j’ai découvert les crises d’angoisse, l’incapacité totale de travailler ou ne serait-ce que mettre un orteil en dehors de ma chambre. Rapatriée rapidement auprès de ma famille, puis dans mon lieu de vie, j’ai entamé mes premières démarches médicales et psychologiques.

Cinq ans plus tard, cette histoire n’est toujours pas terminée. Camping Paradise, titre évidemment ironique, est une invitation à me suivre dans la galère, mais aussi le bonheur de se reconstruire chaque jour, de nouer de belles relations humaines, malgré les difficultés.

Posté par CampingParadise à 20:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]